vision de l'abîme

Publié le par cranskens

 

Tout ce vert se déporte
La matière me perfore les yeux
Depuis ce lieu je retourne
Les vagues projetées derrière
Si je sombre je peux crever l’espace
D’une première minute
Par toute la terre
Le vert insensé
De plus en plus vert
Roulant tout contre la mer
Ses spasmes au couchant
Cramés de froid et d’éther
Tout contre ta peau
Qui perce du ciel se déploie
Dans le vert total

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article