sobre comme le tome 1

Publié le par sneksnarc

 

Des carreaux blancs et bleus flottent à la surface
C’est un chemin pour les mouches
Dessous c’est dur de respirer
Après le pont c’est l’océan famélique
Et la maison chère maison
Comme un point final - Une contorsion
Qui s’accorde avec la fin des rails
Et la morale glaçante du monde

Quelques notes seules brisent les liens maudits
Qui viennent comme des épines se planter dans les branches
Et tracer la ligne continue de la route
Passant à portée

Mais le chant sobre de la terre
Je l’entends maintenant
Ouvre l’espace et accueille la lumière
De long en large

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article