sur la ligne

Publié le par cranskens

 

L’espace craque
En éclairs s’écharpe
En fragments éclatés
Ca crève les yeux recrée le vide une autre fois
Le chemin détruit à la longue est sans limites
Déroutante ouverture après nos pas
Les cent prochains jours se passeront de commentaires
Je retourne me planter à l’envers
Il pleut du ciel et des pans de terre sur un sol d’astres froids
Un murmure s’élève et le coeur
Badaboum à côté
Je ne suis pas demain, pas hier
C’est ainsi
Les ruines sont en libre accès
Et je n’ai aucune preuve

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article