sur la ligne

Publié le par cranskens

 

L’espace craque
En éclairs s’écharpe
En fragments éclatés
Ca crève les yeux recrée le vide une autre fois
Le chemin détruit à la longue est sans limites
Déroutante ouverture après nos pas
Les cent prochains jours se passeront de commentaires
Je retourne me planter à l’envers
Il pleut du ciel et des pans de terre sur un sol d’astres froids
Un murmure s’élève et le coeur
Badaboum à côté
Je ne suis pas demain, pas hier
C’est ainsi
Les ruines sont en libre accès
Et je n’ai aucune preuve

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article