scène de nuit

Publié le par cranskens

 

Au bout de la rue
Non pas chaque soir mais le soir dit
J’éteins l’enseigne lumineuse
Aux entrées multiples
Quelque chose s’évanouit alors dans le nulle part
Qui ne tient plus au vrai sujet de la conversation
Quelque chose d’une scène de nuit
Avec la fille la plus va-nu-pieds du boulevard
Le temps est décousu
Les mots cerclés, repris
Les pleins feux répétés
Les mots lentement détruits
Aucune révolte qui tienne
Aucun chemin tanné de l’enfance que j’ai
Tu as, nous avons sur les toits
Une infinité chromatique de points entremêlés
Par instants les valises sont à faire
La langue roule et s’égare
Depuis la voûte en berne
Une voix chante une histoire de wagons
Dix wagons sur les rails
Pour finir près des traces enfouies
De mes larmes cachées sous un manteau de pluie

Et maintenant
S’il est possible de l’admettre
Un peu à l’écart
Sur un pont de fissures
Je vois le vieillard magnifique
Refaire les cent pas sur la pointe des pieds
Vers le poème absent qui me dévore les doigts

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article