pop G

Publié le par cranskens

 

Après je m’en irai
Depuis toujours je pars
Il y a la roue qui tourne lentement
Et plus vite

C’était dit haut et gras
Dans tous les speakers
On ne trouve rien sur la route
Les villes embrasées se jettent sous le train
Renaissent trop tard dans le pare-brise
Il y a cette existence-ci qui est sur les rails
Pour les siècles des siècles

D’accord
Me voilà sur la ligne
Avec Frank W
Tope-là mon bel ami
Justement c’est ce que j’allais écrire un jour
Dans la pierre de plus beau
Mais le poing s’est ouvert
Refermant la parenthèse

On trouve sur la route les murmures esseulés
De toutes les villes du monde
Dans les yeux qui se perdent
Le souffle doux et brûlant
Du dernier crépuscule
Comme une fête

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article