pierres écroulées

Publié le par cranskens

 

Foutu bordel de blouses blanches qui cherchent
À orienter la lumière
Vers l’éclipse totale
Les mots déjà tous pris se sont accumulés
Dans le texte
Recréant le vide
Comme s’il manquait un objet
A la moitié de machine
Tu joues encore l’idiot (le seul jeu)
La sauce prend, monte, roule
Tient la route
Les premières branches sont basses
Tu t’accroches sans mal
Aux autres incertaines
Et puis stop
Tu files te reposer la tête
À l’arrière du navire
Sur les pierres écroulées

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article