mur du son

Publié le par cranskens

 

Je ne sais pas dire l’étendue de la fièvre qui m’emporte
Encore un mot que j’ignore
Qui n’existe pas - Une étuve
Ou un mot d’enfance planté de ruines
Qui étanche la soif
En jouant du tambour
Toute une semaine
Les plantes se minent
Les fruits se doublent
Et les voiles mises sur le goudron se heurtent à la brise du langage
Et aux pare-lumières

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article