mémoire flash

Publié le par cranskens

 

La fumée est entrée par la porte
Qui n’a plus ni longueur ni largeur
Qui n’est qu’un trou de serrure
Comme il y en a dans toutes les figures du passé
Le temps se recycle
Avec des êtres qui viennent de Stonehenge
Qui ont cru devoir soldé leurs âmes
A la fin de la bataille
Les fragments ne montent pas au ciel
Ni même sur une barque
On peut les voir derrière la porte
Au travers des fissures
Se tordre de joie à l’approche de ce jour
Qui les transformera en rayons verts
Capables d’émettre sur les ondes
La note juste

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article