lettre muette

Publié le par cranskens

 

Me laver les oreilles
De tous ces mots comme la peste
Reconduits au réel
Sans temps mort à la page
Réécrits
J’entends le bis du jour et de la nuit
Et des larmes sous la voûte qui nomment les choses
Le silence le silence
Au moment où je parle (c’est assez loin d’ici)
J’ai une méduse dans le crâne
Qui m’empresse de prendre les mille chemins
Menant au niveau de fer
Où le silence le silence
La grande note
Le silence

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article