le réveil

Publié le par cranskens

 

Rien au réveil que le pli
De racines entrevues au beau milieu des ruines
Le cri est entendu mille fois dans la gorge
Son souffle répété

Puis vient l’heure de la soupe sous le ciel squelettique
Avalée en rêvant avec ou sans le jour
À la sève
Temps étrange pour lui-même
À une époque c’est couru
Il prendra le nom flou de quelqu’un

Et je découvre encore
Qu’à cette heure de fabuleuses visions vont éclore
Déjà le son de cloche
Frissons inégalés
Nous sommes nés ding dong clash bien avant les églises

L’horizon édenté
Plus oiseaux de mille sortes dont on devine les ailes à peu près
Plus les feuilles haut perchées
Rien au réveil en vrai
Qui ne coule de mémoire ou ne devienne saute-mines
Pour la suite

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article