la part manquante

Publié le par cranskens

 

Puisque ça tombe, c’est tombé dans le même panier - la ligne verticale, le fou, l’homme des neiges, le crieur de nuit - les racines sont tirées à la courte paille, vérité affolée d’épines, beauté ciselée à la marche molle, horizon aplati.

Premier impact: Une souche plantée dans le soleil. Arbre mort, corps plongeant sous le vide et les points du ciel.

Deuxième impact: La nuit. Déjà-vu sur les rails, requiem pour la route, la terre neuve sous des kilomètres de terre morte.
 
Troisième impact: Une fille seule sur la plage se noie dans le vide. Elle attend la nuit, sa décomposition en fragments électriques.

Quatrième impact: Dans l’air. Un mythe d’homme blanc mal digéré. Les détours ont tenu la route jusqu'à la frontière. Puis les points ont disparu comme des trous dans les yeux noirs.

Fin numéro un: C’est après la résignation. Le lieu lui-même incarné dans les points et les croix. Pays sans visions fait de silences et de flashs visionnaires. Pierres balancées et champignons extra-lumineux. Yeux qui se lèvent soudain vers le brouillard. Sentiments troués. On a trouvé les mots pour se foutre de la part manquante.

Il y a d’autres fins, chacune dans une boîte, qui nous empêchent de dormir.

 

Publié dans textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article