la lumière

Publié le par cc

 

“La lumière est une chance qui nous fait les poches”, dit le vieil homme dans sa barbe jaune.
“La lumière ne faiblit pas”, dit une autre voix.

Bon. Je suis le chemin, sans attentes, sans rien. Je regarde les épines qui se fanent comme le reste, et le temps, o tempo, o amor rendu sec avec ses feuilles ouvertes en grand qui sont de tous les bords. Je me décolle en flèche dans ce fragment de jour, jardin désert, et le ciel si vaste se resserre encore. Je me prends dans les fils d’un poids mort. Un oiseau de proie scrute un coin de terre. Les hommes lui manquent.

À genoux dans la paille sèche, je la vois qui termine son histoire. La dernière lettre d’un prénom.
O céu, o céu, adeus mon cœur.
La musique reprend.
La lumière.
Flux insensé dont nous ne disposons pas.

 


Publié dans textes

Commenter cet article