gypsy blues

Publié le par cranskens

 

De tous les mondes que j’absorbe
Mon pays est le plus grand mensonge
Une pilule qui s’avalerait sec
Sans surprise ni krak dans le coeur
Juste un tas de pierres qui tapent grises
Dont l’âme à cran s’est taillée
Aucun coulé pour siphonner l’espace
D’une traite barge
Remiser l’humeur au grenier
Passé minuit
Et même avant
Nos pères aussi marchandent leur attente
De toutes façons c’est intégré
Le principe de l’absence ne dérange personne
Sur les ondes l’oeil vif
Je répète :
Le principe de la disparition

 

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article

Vilain Canard 21/11/2010 17:52



Belle rage, beau blues. (Des mots qui mettent à terre les vieux mensonges de l'identité.)