ego scriptor

Publié le par cranskens

 

Puis au rappel des mots j’ai dit ils se sont usés
D’eux-mêmes trois matins de suite j’ai répété
Les notes sur la ligne et le souffle épuisé
J’ai dit chaque prière j’ai dit les mots s’écrasent
En riant ce matin les mots sont morts
Et leurs spectres sous une mauvaise étoile
Filent droit vers la mer de bleu figé
Où la langue en craquant de jamais-vu se charge
Je vois la couleur
Je passe sous silence la première voix qui tombe
C’est un essai solide, une parenthèse des cimes
Elle n’est plus et je dors et puis :
La seconde voix est un murmure du temps
Ou alors de vieillard toujours plus grand
Elle me tire du sommeil
Jusqu’aux épines du ciel
Du sommeil vers l’azur
Puis (...)

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article