dans leurs voiles

Publié le par cranskens

 

Hôtel Sept-Îles
Une poignée de marins
Répondent à l’appel du premier ferry
Hurlant sur la côte

Cinq heures du matin
Je ne dors toujours pas
Puisque tu me reviens
Sous le ciel immense

Et je me livre encore
Dans la nuit la plus pâle
À ton corps revenu
De l’issue du silence

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article

dimitri sandler 17/07/2011 00:53



Toujours aussi beau, à la fois incroyablement nostalgique et érotique tout à la fois. L'impression parfois, à te lire, d'être transporté physiquement dans l'espace de ton écriture.