crac

Publié le par sneksnarc

 

Dites d’abord les éclats lunaires les nouveaux venus les failles de lumière
Dites-le avec un certain silence
Une joie enfantine
Dites aussi les terres boueuses - de branches et de cracs retournés
Tout contre l’abîme
Plus avant la rivière s’accroche
Nous vagabondons serrés
Loin de la morale inculte
Dites-le à ceux qui jugent les reflets
Chaque nation est à jamais perdue sous les ruines
Enterrée vivante
Les oiseaux ont pris de l’avance
Hors d’ici les déracinés passants passeurs
Le feu soit sur le monde

 

 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article