silêncio

Publié le par C.Egolf






Drache glaçante à la sortie du train. De quoi sortir du coma. Les choix en attente qui pourrissent depuis des mois et les tripes qui remuent encore. Lisbonne n'est décidément pas une ville comme les autres. C'est peut-être la mer à portée de mains ou la désertion du week-end. C'est sans doute le vent qui me contre, les places infinies, le tramway qui me frôle quand je rase les murs, les lieux d'aspiration et de prière. Besoin de me perdre un peu partout, ça tourne, les ruelles enchevêtrées, les quais, le Tage, les églises, les hauteurs, le vin portugais et la douceur de la Ville Blanche. Plus que jamais envie de voir le film d'Alain Tanner, je pense à Nuno, ce sera pour une autre fois. Des images, des choix à faire, la pluie brûlante, train, métro, coma. Royal et Bayrou ont baissé dans les sondages, Sarkozy continue de vomir, je suis à la traîne. Je fredonne un air entendu trois jours auparavant sur une radio portugaise, du Trenet, pas Douce France, l'autre, Que reste-t-il.


Publié dans ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nathako 03/04/2007 11:03

Contente moi aussi que la ville blanche t'ait touché :-)Il faut voir aussi "Lisbon Story" de Wim Wenders, un autre regard, une autre forme d'expression que le film de Tanner, mais un film formidable. Avec Madredeus dans une double fonction : personnage du film et compositeur de la bande originale.

delphine 03/04/2007 09:49

bonjour lunarbon retoursur terre!

Nuno Pires 01/04/2007 13:29

Un bien joli texte... Lisboa ne t'a pas laissé indifférent, comment le pourrait-elle en effet ? Cette ville a quelque chose de magique, d'abstrait, hors de la réalité. Je suis heureux qu'elle t'ait touché. Tu aimeras "Dans la ville blanche". Et ce sera pour une autre fois, oui.

Eric LÖW 01/04/2007 10:46

& dans 1 nuage
le cher visage
de mon passé...

Audrella 31/03/2007 19:35

Que ce ciel de Lisbonne te bénisse ! que c'est merveilleux de partager un peu de ce que tu vis en te lisant !
take care
maybe
drink the glass of wine like a glass of blood
take care