sous l'horloge

Publié le par C.Egolf



 


Pour me distraire, je cohabite avec un homme

Vieux et Las, il marche dans de vieilles combines

En plein après-midi, il boîte

Rien ne change sur terre

Il évoque un temps que j'ignore

Il m'implore

De le brûler à nouveau, de dérouler son corps

D'entendre sa mâchoire

De tordre et retordre

Il est tiède, je m'enfuis

Les pavés mouillés, l'absinthe me ressusciteront

Et les bâtiments de pierre

Le coeur dans les étoiles

Pardonne-moi

Je n'ai que faire des brumes de la nuit

Du temps où...

Brussel

Qu'à mon tour je sois seul

 

 

Publié dans poèmes

Commenter cet article

Leonard Eliot 06/03/2007 16:32

J'étais passé à côté de celui-là.Qu'à ton tour tu sois seul, la tête dans les étoiles. Rien ne change sur terre.

Eric LÖW 19/02/2007 10:29

c'est le poème "à l'absinthe" ?

delphine 18/02/2007 20:53

un conseil : ne le nourris plus... affamé, il s'en ira!