Post-Apocalypse

Publié le par C.Egolf







Un éclair a suffi pour
Broyer ton image
La sortir en éclats
J’ai ramassé la première page
Et j’ai vidé le reste
Aux ordures
J’ai brûlé l’imposture
Je l’ai mise en pâture
À la portée des rats
En éclaboussures aux sages
Qu’ils viennent s’en saouler
Et se la donnent en partage
Qu’ils ressuscitent notre histoire
Avec des mots sortis de vieilles ritournelles
Ou avec de la confiture
On ne fera plus jamais l’amour
Comme si c’était la première fois
On a oublié l’amour

Mais il me reste la première page
Je l’ai collée à la frontière
De nous deux
Je vais l’encadrer
On fera comme si j’étais mûre et que tu étais vieux
Puis on rasera les murs entre nous deux
Et la première page de l’amour
J’irai la chercher à la nage
Je ratisserai large
Je broyerai tes yeux
Il ne restera que des miettes du temps des murs
Et de l’amour peut-être plus
Ou un peu
Plus aucune page à servir en amuse-gueule

Ton image s’est enfuie de ce lieu
Tu as un visage, mon amoureux
Il me tarde
Il me tarde
D’en sentir le goût


Publié dans poèmes

Commenter cet article

Audrella 08/01/2007 22:00

je voudrais me faire excuser mon silence. j'étais partie retrouver ma famille, la mer et puis je suis revenue et je découvre votre nouveau blog... je le trouve très beau, sobre et cela me plait beaucoup, les photos illustrant les textes me plaisent beaucoup aussi ;o) je reviendrai lire dès que possible. mille voeux pour cette nouvelle année, des mots je vous en souhaite, des images plein les yeux, de l'amour, de la force du coeur à n'en point douter, vous n'en manquerez pas pour 2007

Eric LÖW 08/01/2007 09:57

c'est la magie de la qualité de l'écrivain : faire surgir la poésie dans ses sentiments