Sur terre

Publié le par C.Egolf







J'avance lentement dans les couloirs du métro. La foule me porte dans son éternel élan d'indifférence, des silhouettes floues me frôlent et me distancent, je ne m'accroche déjà plus à la rampe. Le hasard de mes pas. Un vieillard danse, entre deux absences, je respire un chant de l'est. Je boîte un peu en descendant les marches, la chaleur étourdit mes sens. Dans l'air, l'odeur de l'homme qui m'a heurté, mon genou a lâché, il m'a pris dans ses bras, sur le trottoir, il s'est excusé, son imperméable beige informe, un air de circonstance, aucune douleur, j'ai marché, tout va bien, sa carte de visite. "Je n'ai pas le temps, un long trajet à faire, vers l'ouest, me dit-il, contactez-moi en cas de besoin, je reviens dimanche." Une esquisse de sourire, deux petits yeux d'enfant, une main chaleureuse que je peine à serrer dans la mienne. Je n'ai pas mal, je voudrais lui dire, les mots ne sortent pas. Je le regarde partir. Un léger signe de tête et la voiture est déjà loin, perdue dans un défilement d'images brumeuses, alternance hystérique de paysages harmonieux et dévastés.

Je reviens à moi. Sur le boulevard, des ombres fuyantes me guident jusqu'au souterrain le plus proche. Un air tzigane, la rame m'emmène jusqu'au coeur de Paris, mon jeans est foutu. En découvrant le ciel de ce soir d'automne incrusté de milliers de feuilles agonisantes d'or et de pluie, j'ai entendu crier la mer.


Publié dans textes

Commenter cet article

XXX 29/02/2008 21:39

j 'aime retrouver dans certains textes la personne que je connais...un peu...tu m 'emmènes dans le tourbillon de tes sensations...merci

Nuno Pires 12/03/2007 23:34

D'une beauté simple et renversante...

sea's pulling us near 12/03/2007 23:30

comme toujours une saisissante impression de déjà vécu... j'ai entendu crier la mer.
 
"We don't have to worry anymore..."

dick shaver 12/03/2007 23:01

j'aime bien la multitude vombrissante des impressions dans ce texte, ramassé et torturé comme une pépite.