les voiles

Publié le par CC




J’ai entendu la clef tourner durant dix-sept pages

Le silence se répandait du premier au troisième étage

Il a plié ses ailes en quatre et les mains levées

Vers le silence pour le saisir

S’est soudain jeté dans le monde

Brûlant de se prendre au jeu

Avec autour du cou 

Le ciel morcellé 

Qui s’étend, éternel

Avant de s’évanouir

Pour de bon


J’ai entendu la clef tourner durant cinq cents pages

Sans consentir à me rendre

Et je le vis s’évanouir

Ici ou là peu importe

Que le temps ne fasse qu’un

Avec le silence

En la fin le commencement 

Que mes yeux ont vu



 

Publié dans poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article