jour de fête

Publié le par CC



Aujourd’hui, j’ai su que l’ivrogne serait le moteur de la narration. La plaie de l’ivrogne: il aurait suffi d’un peu d”alcool pour qu’elle ne s’infecte pas. Mais rien. Le silence a créé l’ivrogne. Il n’a pas voulu fuir la vérité. Mais il a dû se l’inventer dans la fuite. Il pourrait dire cette phrase à un moment du récit : “il m’a fallu serrer l’absurde au plus près et lâcher les racines qui me reliaient au monde”.


 

Publié dans textes

Commenter cet article

Gobi 23/04/2009 20:45

Alors, ça y est? Ne saute pas de trop haut, enfin si, que puis-je y faire? Joyeux remous

flo 23/04/2009 09:21

j'aime lire ton savoir... bises