down to

Publié le par CC




Suffit de frois fois rien et la comédie nous échappe

J’ai laissé la fenêtre ouverte 

Et mon étui à cigarettes noir

Derrière la vitre sans tain


Et j’attends

Que le type saute du pont de Brooklyn

Je sais qu’il aimera les fleurs jaunes


J’attends

A l’intérieur de l’église

Dans chaque recoin du choeur 

J’aimerais cracher dans le refrain

Une phrase obsessionnelle


Le type me souffle :

A fleur d’eau 


Je sais qu’il aimera les fleurs jaunes

Je prendrai la première rue à droite

Jusqu’à la frontière

Je sais qu’il aimera

Mes fleurs visionnaires


 

Publié dans poèmes

Commenter cet article

Christophe 14/06/2009 21:55

Mes fleurs visionnaires ... quel joli poème

choule[bnkr] 01/05/2009 21:46

je ne comprend pas tout mais c'est bien tourné, et poétique.

romanzini 28/03/2009 10:33

le jaune vous va si bien

Thomas 21/03/2009 11:36

Fleurs visionnaires. Bien sûr.