faux-fuyant

Publié le par Cranskens






Je suis à Omaha Beach avec toi sur le dos. Les hommes font les méduses. D’un rien je m’entiche, des eaux gelées, au passage d’une muse. Tout est bon à prendre, yeux anémiés, rayons verts, cendres, sous-vêtements souillés, cauchemars et seins brunis, désossés, le cancer. Avec appétit, je me sers et fixe le regard euphorique du camé. C’est la passe à toute heure, feux de circulation, huile pour le moteur engraissé. Le nom du pays. Pas de pays. Le nom du pays. Le Bronx, la Sylvanie. Et le zoo là derrière. Bracelet de cuir tanné sur mes poignets transis. Deux trois méduses encore qui dégorgent leur côte ouest et les ondes aux fritures. Là, j’allume une bougie parce que la lune est sombre. Des femmes sont allongées dans les herbes à croiser des jardins tropicaux. Elles triturent ras l’écume les parias engloutis, rêvent de distributeurs et de fermes isolées au coeur de Mexico. Elles se savent féministes comme un slogan d’époque, misogynes quand le rhum est d’occase et le rachat facile. On s’essuie à mes mots pour mieux tourner la page. Paris se répand en maîtresses de passage. Il faut lancer des bombes sur le Pont Mirabeau. Il faudrait que la Seine s’arrête de couler, de nous polluer les veines en demande de rançons. Paris s’épuise bientôt. Tokyo, New York, Sydney, les cotillons lancés, religion des tranchées (inspirée - en vie - crasse). J’ai acheté une croix pour ne plus me débattre. L’éternité celtique a rejoint les bas-fonds. Je laisse mon lyrisme pourrir sur le balcon, je vais nu me vautrer dans les bras du bouillon - la culture - tétanique. Et là, tes 18 femmes, à genoux, hystériques, feignant d’y croire encore à l’Internationale, dans une chambre d’eau croupie et bavant d’impudeur. Au-dessus, les ordures travesties en volutes, et l’épave, bleus au corps, irradiant de lumière et de jeunes filles en pleurs.
Un réveil électrique dans la nuit fraiche de l’ouest. Au fond du trou je gratte encore mon dos.


Publié dans poèmes

Commenter cet article

Niko-i2 27/10/2008 16:02

Ça soulage :)