rêve pour l'éventreur

Publié le par CE



head-1951.jpg



Au large des fils électriques
Le soir convulsif abandonne
Les rayons de poussière
Alors les doigts se serrent
Autour du jaune souverain
De nos delirium romantiques

Le feu brûlant dans nos poitrines
On avale les nuages
Ravalant nos absences
Dans un accès de rage
On épouse les ruines
On dévale pour se voir
Au-delà du soleil
En d'autres circonstances

Mais le chant s'éternise
Et la folie s'invite
Entre deux ailes fichues
Dont les coeurs se réjouissent

Bientôt la fin du monde aux portes des églises
Qui parle d'infortune ?
Voici l'âge béni du gras et de la boue
Et des rognures de lune
Dont on se fout
Moi le premier




Publié dans poèmes

Commenter cet article

L.Eliot 23/08/2007 14:31

Sens tu cette puissance? L'effet sur nos ventres? Le désarmement, la nudité gênante?

Faux rêveur 18/08/2007 14:08

Sous le choc de ton écriture. Rien à dire d'intelligent, c'est juste tout à fait ce que j'aime en littérature. Je m'abonne à ton blog et t'ajoute à ma page de liens littéraires...

Eric LOW 18/08/2007 09:35

la fin du monde EST dans les églises