Toile

Publié le par C.Egolf


sans-titre-9flowersob.jpg




Ce fut ainsi qu'en ce vendredi 24 août, le jour où Frank Weisher, à plus de 3000 kilomètres de là, se mettait à tracer des croix sur le plan qu'il avait déplié sur la table, je crus bon d'aller cueillir tout là-haut des épines. 

Mes yeux ne se fermaient plus de bonne heure. En me couchant, j'esquivais l'étoile, le fer. L'aimant aimait le fer et j'aimais beaucoup ce mot : aimant. Mais je ne disais rien de ces choses. Il me faudrait du temps pour trouver le ton juste, les nerfs entortillés, je, il ou elle, distancerais encore les lueurs inertes.
Frank Weisher avait dû trouver l'entrée sud de la forêt privée. Il craignait maintenant de s'y égarer. Bien avant mon sommeil, longtemps, je me cherchais une opinion de passage. Planer. Planer au travers. Durant le rêve. Durant l'éveil. J'en riais. Si j'ai bonne mémoire, il fonçait, il ou elle, au travers de la lumière frissonnante d'une pluie d'été. Promenades nocturnes, de mot en mot, je croyais que j'allais atteindre le châtiment suprême, dieu du fer qu'un petit bout d'idéal en berne effrayait. J'aurais aimé que Frank Weisher se confie à moi. Pour tout dire, il m'avait souri. Il était adossé contre le plus bel arbre des lieux. Je me cachais à moi-même l'évidence de sa ramure dorée. Je brillais d'un désir incertain (les épines, tout ça). L'heure bleue, je l'entendais sonner, me posséder. Ce soir, il avait une main de conquistador, la tête légère et l'innocence à envisager. Mais les freins étaient lâchés.
La langue abîmée, je dormirais bientôt comme une huître.



Publié dans textes

Commenter cet article

Henri-Pierre 10/07/2007 15:37

On mange bien les capucines.

jean-michel 09/07/2007 23:19

"Je me suis usé." S'il s'agit du Egolf, cela ne m'étonne guère, de cette violence faite langage : ça fouette. Plaisir des images, du rythme, du ton, de l'envolée. Très beau site. Sublime.

Dick Shaver 09/07/2007 00:10

lu une première fois et j'avais l'image d'une rencontre à distance, une sorte de voyage astral, de nuit, entre âmes connectées. Je reviens et je vois autre chose, paysage où les comètes viennent tomber....

Eric LOW 08/07/2007 14:24

c'est en Caustic

Niko_K 07/07/2007 14:21

Peu importe de qui, j’adore ce texte, parce que je n’y comprends rien, est qu’enfin, je peux tout comprendre.