j'y suis

Publié le par C.Egolf

sans-titre-26autoportrait-d.jpg



Une ivresse derrière chaque aurore
Et le souffle brûlant du ciel
Loin de mon foyer je m'endors
Les rêves lourds d'épines et d'eaux troubles
C'est le goût de l'encre de Chine
Et des auberges à ciel ouvert
C'est la soif des meurtrissures
Que nous infligent les anonymes
Qui sans fin nous tourmenteraient


Je suppose


Publié dans poèmes

Commenter cet article

L.Eliot 07/07/2007 19:16

ne suppose plus

martin mantra 31/05/2007 01:07

RV le 2 à 18h, ne suppose rien, tu sais où, pareil, pareil, pareil...

Audrella 21/05/2007 14:16

je te rejoins aux meurtrissures

L. Eliot 20/05/2007 00:57

Tu supposes ? Il y a plein d'odeurs là-dedans, celle du petit matin, celle de l'étranger.. blablabla c'est très beau, ça.

Marie Lanson 19/05/2007 20:35

Je découvre vos mots plein acides et sucrés, vos mots aigre-doux, vos mots de vérité...J'aime beaucoup.CordialementMarie Lanson (rubrique"plume")